lundi 14 juillet 2014

Trailer version longue : 1min06 à ne pas manquer!

Si vous êtes whoviens, vous devez déjà être au courant de la nouvelle. Hier soir, mi-temps de la finale du mondial, la BBC a diffusé une version longue de la bande annonce de la saison 8 de Doctor Who!

Que pouvons nous alors dire de cette vidéo? Plein de chose à n'en pas douter. A propos de plein de choses, c'est aussi une évidence! Du nouveau Docteur, premièrement, de sa relation avec Clara aussi. Des créatures à venir. Des personnages de retour dans nouvelle phase de l'aventure... Mais aussi et surtout un concentré d'énergie! Et qu'il regroupe en partie des images déjà vues dans les précédents trailers, version courte!



Bien, ce qui va suivre va être le fruit de mon imagination débordante. Spéculations sur le futur ( et le passé et le présent... Of course) d'une série et d'une saison qui entre dans une nouvelle ère.

Ces 1min06 révèlent-elles (sans le dévoiler les intrigues) toute l'énergie de la saison à venir? Je l'espère... Mais développons un peu, si vous le voulez bien! 

Cette bande annonce comprend toute l'énergie et la puissance que l'ont connait à la série depuis son retour en 2005. Avec peut être un supplément, excessif, explosions. Le tout accordé à des effets de ralentis antagonistes qui appuient à la fois l'énergie de ce début de vidéo et impose un rythme d'une lenteur singulière, typique des bandes annonces de blockbusters, plongeant le spectateur dans une ambiance tout à la fois oppressante, créant en lui (c'est ce que j'ai ressenti en tout cas) une envie d'accélérer les choses pour en arriver au point d'orgue de ce trailer : découvrir enfin le Docteur! Cependant, vous serez peut-être d'accord avec moi, mais pas de régénération sans explosions. La régénération en tant que telle, vu lors de l'épisode de Noël, a été plutôt soft à ce niveau. On se rappellera de celle du 10ème en 11ème Docteur, au milieu d'une pluie de flammes et d'étincelles. Cette bande annonce nous plonge dans une nuée semblable dès les premières images. Cela correspond-t-il à la suite immédiate de la régénération ou nous plonge-t-il plus loin
dans les intrigues de la saison... Seul l'avenir nous le dira!

A cette envolée lumineuse se mêle des sons proches de ce que l'ont peut entendre dans la saga Transformers. Ces grincements singuliers si spécifiques des transformations des robots. Ce son 

Une chose aussi qui m'a marqué. Le fait que le premier visage qui apparaît durant cette bande annonce (hormis cet œil robotique bleu si caractéristique, qui pourrait confirmer les impressions sur la voix rauque, dont on dit qu'elle serait celle de l'un des ennemis bien connu de notre cher Docteur... Bon OK, Davros, voilà, c'est dit... Mais rien ne le prouve! ) est celui de Clara, en gros plan. La jeune compagne du Docteur est devenue le lien, elle constitue le passage de témoin... Et le point de référence (comme l'est tout compagnon). Ce que nous n'avions pas connu dans l'histoire de 11th du fait qu'il se régénérait seul et laissait tout derrière lui! Et que, en y réfléchissant un peu, en fin de compte, ce que Moffat (oui, toujours lui) à essayer (avis perso) de combler en plaçant une enfant, la petite Amelia, que l'on a vu indirectement grandir en un seul épisode. 

Mais pour revenir à Clara, et ce n'est pas la suite de la vidéo qui me fera mentir, elle est définitivement la clé de voûte de ce trailer. La première a apparaître, celle qui émet des doutes à propos du Docteur, celle qui se pose des questions et celle qui reconnait se trouver face à un dilemme en regardant celui qu'elle pensait connaitre. 
Les images de la jeune femmes sont multiples, parfois rapide, comme sur le gros plan que vous pouvez voir ci-dessus, parfois toute autre, montrant la compagne du Docteur marcher dans l'obscurité à la recherche de... De celui qu'elle vient de perdre? C'est une possibilité pour la Fille Impossible!

Et lorsque le Docteur arrive enfin, précédé d'une image particulièrement sombre d'un homme, tournevis sonique en main... c'est au milieu du projection de lumière, d'étincelles jaillissantes de partout, pratiquement en ombre chinoise, dans un effet de ralenti spécifique marquant encore plus la puissance visuelle de cette image, de cette "naissance" dans la douleur. La voix nasillarde et rauque appuyant le fait que cette vie ne changera en rien des autres : La vie échoue de nouveau

Puis, soudain, la phrase, celle que tout passionné de la série attend, celle qui sonne comme un baptême : "Je suis le Docteur!". Les mots magiques qui, d'un coup, intronise la nouvelle incarnation comme étant bel et bien le Docteur! Cette réplique majeure s'accorde avec un regard caméra, appelant le spectateur à adopter ce nouveau visage, la musique appuyant ce regard d'un coup de synthé. Et dans ce regard, loin de la candeur enfantine que pouvait parfois porter les précédentes incarnation, le 12ème Docteur s'impose immédiatement comme étant une version plus sombre, pus torturée... Le regard d'un homme de plus de 2000 ans, portant avec lui le fardeau de nombreuses erreurs accumulées (ce n'est pas moi qui le dit, ce sont ses mots, juste un peu accommodés à ma sauce!)
Cependant, comme il le dit lui même,  il en responsable comme il l'annonce à celle qui demeure sa compagne... Il semble temps de faire quelque chose non?!

Entre cette adresse à la jeune femme et la phrase type "I'm the Docteur!", toute une multitude de créatures s'interposent avec toujours plus d'action et d'étincelles. Ce Docteur semble né sous l'emblème de l'énergie et du feu, dirait-on. Peut-être pour se préparer aux ténèbres vers lesquelles il prévoit de s'envoler... Car lorsque Clara lui demande où ils vont, il lui répond avec conviction et gravité : Vers l'obscurité! 

Quelle est cette obscurité, seul l'avenir nous le dira! Cependant, cela prouve la noirceur plus profonde qui semble entourer cette nouvelle saison. Ce jeu de clair-obscur, symbolique de la confrontation interne de ce
nouveau Docteur!

La suite de cette vidéo s’accélère soudain au rythme de la musique. Des séquences courtes, contrastant avec la lenteur quasi oppressante du début. Le Docteur et Clara se lancent dans de nouvelles aventures, retrouvant d'anciennes connaissances, emblématiques des précédents saisons, dont Madame Vastra est ici la représentante. Clara chute, le Docteur chevauche, le rythme s’emballe, les images se multiplient, un dinosaure traverse l'écran (Un T-Rex en plein Londres, cela à de quoi intriguer, n'est-il pas!). Le Tardis vole de manière désordonnée, des Daleks envahissent l'écran...

 Et puis soudain, tout se calme. A bord du Tardis, le Docteur pose la question que tout le monde se pose concernant ce nouvel homme. Et que les images, sombres, angoissantes pour certaines, et que la voix dérangeante est venue appuyer de son appréciation.

Clara dites moi, suis-je un homme bon?

Et la réponse tombe, la jeune fille expliquant d'une voix hésitante :
Je… Ne sais pas

Que dire de plus après ça... La question demeure toujours là même : Qui est le Docteur? Et elle demeure toujours en suspend. Mais cette fois, à celle-ci, s'ajoute un qualitatif. Le Docteur est il un homme bon. On aurait envie de répondre oui, connaissant l'ancienne version. Mais celui-ci, l'est-il tout autant?

Le plus grand mystère reste en fin de compte entier. Cela n'a rien à voir avec quelle menace sera là, de retour ou nouvelle arrivée, quelle planète sera visitée... Quelle aventure attendra nos héros. Non, le grand mystère, celui pour lequel nous attendrons fébrilement une réponse, sera : Le Docteur est-il toujours un homme bon?!

Merci à Gallifrance pour m'avoir permit d'utiliser leur vidéo version sous-titrée!