mardi 6 mai 2014

Surprise sur glace : Holiday on Ice 2014

Dimanche dernier, un air de surprise flottait. Il semblait bien que mon parrain chercherait gentiment à nous mener en bateau à bord depuis que nous étions montées en voiture... 

Cependant, comme je le connais bien, au cœur de cette vague de mystères et de non-dits, une petite séance de recherches m'a permis d'avoir une frêle idée de ce que pouvait être cette surprise.

En route pour Amnéville, cela se révéla être la vérité! Il nous offrait Holiday on Ice sur un plateau!

Loin de ne pas me douter de ses goûts en matière de spectacles, la probabilité m'avait bien évidement effleuré. Il n'en demeure pas moins que le plaisir était à la hauteur de ces deux heures merveilleuses.

En présence de monstres du patinage français, Philippe Candeloro, Surya Bonaly, Sarah Abitbol et Stéphane Bernadis, la glace s'est mise à étinceler de mille feux, la foule emportée par le bagout bien connu de Mr Candeloro. En deux secondes, il parvient à mettre les gens dans sa poche, à les emporter exactement là où il désire les emporter, dans ce monde de vitesse, de glisse et de saut, de paillettes et de joie. 

Voir, en chair et en patins, ces champions multi-médaillés virevolter au son de musiques toutes plus entraînantes les unes que les autres fut une expérience que je ne suis pas prête d'oublier.

Cette grande messe de la glisse (Alleluia, un des tableaux de cette année ne me fera pas mentir!), qui a fêté ses 70 ans en 2013, parvient toujours a réussir l'exploit de rassembler un public multi-générationnel aux yeux brillants d'admiration, de joie, de peur parfois (les portés de couple Abitbol/Bernadis a vraiment de quoi vous donner les frissons)... Mais toujours dans une bonne humeur communicative. 

La grande beauté de ce spectacle en particulier est du à la sensation de revivre des images d'enfance, ces souvenirs de la gamine que j'étais, assise devant sa télévision à trembler devant ces mêmes portés, ou qui se laissait emporter par le jeu d'épée du D'Artagnan de Candel, ou le saut incroyable dont Surya était la seule femme était à assurer la maîtrise à cette époque. Elle nous en a d'ailleurs fait l'honneur, à deux reprises! Tout comme Candeloro... Et un autre patineur!

Oui, parce qu'il serait pleinement injuste d'oublier les autres talents présents sous les projecteurs, ces patineurs de haut rang, champions eux aussi, aux sauts tous plus impressionnants les uns que les autres et aux portés terrifiants... L'équilibre parfait pour faire passer deux heures inoubliables. 

Et la troupe! Ah la troupe, ces patineurs qui vous émerveillent dans leurs tenues étincelantes, pleines de plumes, de dentelles et de lumières, qui vous emportent dans un tourbillon d'images plus belles les unes que les autres. Ces tableaux de groupe, synchronisés au millimètre, donnant l'impression de la présence d'une seule entité se mouvant en rythme... Et ce visuel vibrant de la troupe an grand complet tourbillonnant comme un seul homme, les petites dernières tentant d'attraper les bras de cette créature linéaire improbable, uniquement destinée à vivre éphémèrement sur la glace.

Il y en a décidément pour tous les goûts, des tableaux pour tous. Certains m'ont plus touchés que d'autres c'est évident. C'est toujours ainsi. Ceux qui vous restent en tête des années même après... La partie d'échec jouée, entre autre, par le couple Abitbol/Bernandis, la rencontre du feu et de la glace sur la musique du film Gladiator, un zoo déjanté et ses animaux glissants comme des pros, j'en passe et des meilleurs! Des souvenirs gravés pour toujours! 

Et encore... Cela n'est qu'une rétrospective de ces dix dernières années... Holiday on Ice représente encore bien plus que ça, c'est toute une partie de ma enfance que je n'oublierai jamais. Ces heures impatientes à attendre le départ pour la patinoire, ces places, à juste quelques centimètres de la glace, ces artistes arrivant à une vitesse folle, le partage avec le public... Le cœur battant à cent à l'heure.

Le patinage artistique a toujours été un sport qu'on ne manquait pas à la télé. Pouvoir en profiter en live, c'était tout simplement magique! Et ça l'est toujours, et plus que jamais, face à ces visages, ravis, de ces noms qui ont fait les beaux jours du sport français. 

En écho avec cette sensation qui me revient toujours à chaque nouveau spectacle sur glace, le tableau des souvenirs des quatre têtes d'affiche me revient comme un boomerang. Les réminiscences de leur jeunesse sur patins, de leur rencontre alors qu'ils n'étaient que des gamins, de cette énergie et cette envie de gagner qui les habitaient déjà à cette époque... Ce passage fut un moment exceptionnel. 


La fin, comme toujours, s'est suivie d'une envolée d'applaudissements donnant la sensation qu'ils ne s'arrêteraient jamais. Tous ces visages souriants, heureux d'avoir apporté du bonheur aux gens. Et toujours, dans ces claquements de mains, l'envie de ne pas laisser partir ces sportifs, ces artistes... En tout cas pas sans avoir eu l'impression de leur avoir exprimé une minuscule partie de la joie qu'ils ont pu nous procurer.





Merci infiniment, mon cher Parrain, pour cette inoubliable journée!