dimanche 22 juin 2014

Jeu Part two

Quelle chance, une nouvelle grande ami, ma très chère Idwy, a aussi proposé une photo! C'est parti!!!


Disclamer classique: Doctor Who n'est pas à moi (même pas un tout petit peu? Zut... )

Photo proposée par Idwy
Comment mener le Docteur en bateau

Qu'est-ce qu'elle me veut, cette créature ? Pourquoi moi et pas les autres ? Pourquoi ? Comment ? Mais Où est Donc Or Ni Car ? Non... Je m'égare... Quoi que mais franchement... Tout de même quoi...

Voilà ce qu'était en train de penser le Docteur, coincé dans l'allée d'un vieux bus terrien du 20ème siècle. Il ouvrait des yeux éberlués, ne parvenait pas à comprendre à quoi il avait à faire. Quand il avait débarqué sur New Earth, seulement quelques heures plus tôt, il ne s'était pas imaginé se retrouver quelques instant plus tard, allongé sur le sol du véhicule, à écouter le moindre son suspect qui pouvait lui parvenir.

Il avait trouvé cette zone de repli et bien qu'il détestait avoir à se cacher et préférait faire face à ce qu'il devait affronter, il avait à cet instant la sensation que son assaillant était bien supérieur à lui, ce qui ne lui arrivait pas souvent.

Quand il était entré dans ce grand hall pour profiter de l'exposition sur les moyens de transports de la Terre, la vraie, celle d'origine, il y était entré le plus facilement du monde. Sa visite avait été des plus agréable, jusqu'à ce qu'à sa grande surprise et son incompréhension totale, il se retrouve absolument seul dans la salle, entre la réplique d'un bateau de croisière au 1/10 (ce qui prenait la majorité de la place dans cette seconde salle de la visite) et une série de taxis new-yorkais.
L'instant d'après, se rendant compte de sa solitude lorsque son voisin n'avait pas répondu de son grognement habituel depuis le début de la visite, à son exclamation devant la miniature du Titanic (le vrai, pas celui qui avait manqué de s'écraser sur Londres un certain jour de Noël), il s'était retrouvé face à une ombre flottante. Elle s'était précipitée vers lui, ne lui laissant que le temps de baisser la tête.

L'ombre avait décidé de remettre ça une seconde, puis une troisième fois. Le Docteur les avait à chaque fois évité... L'ombre avait alors commencé à virer au rouge, se mettant à grésiller désagréablement et envoyer, par-ci, par-là, des ondes électriques peu engageantes.

Alors il s'était mis à courir. D'après ce qu'il pouvait en voir, cette ombre n'était pas vraiment amicale. Était-elle à l'origine de la disparition des autres visiteurs ? Si oui, comment s-y était-elle prise en si peu de temps ? Les avait-elle désintégrées par jets d'électricité ?
Il était arrivé près de la porte d'entrée de l'exposition et à son grand étonnement, avait remarqué son ami grogneur en parfaite santé à une dizaine d'entrée de la baie vitrée, et en comprenait qu'encore moi sa situation...

Et l'ombre était réapparue, moins rouge que quelques secondes avant. Elle continuait à le poursuivre, lui ! Le Docteur !

Il avait essayé de s'éloigner mais elle le suivait sans perdre de temps dès qu'il essayait de s'éloigner.

Il avait alors tenté la communication.

« Eh, bonjour, je suis le Docteur... Qu'est-ce que je peux faire pour votre... »

Mais l'ombre avait repris sa couleur pourpre éclairée d'étincelles, puis avait tenté de s'exprimer... Un grognement encore plus désagréable que le grand bonhomme gris-vert qui se trouvait avec lui lors de la visite.
« Je n'ai pas bien compris, veuillez m'excuser, vous pourriez être un peu plus... »

Nouveau grognement ! Plus d'électricité ! Un rouge clignotant ! Pas bon !

« OK ! »

Le Docteur s'était remis à courir, empruntant la visite à contre-sens. Dans l'angle, au fond de la salle, se trouvait un bus rouge londonien. Et la brume se trouvait toujours sur ses talons... Avant d'envoyer une décharge dans sa direction.

Il s'était baissé à temps, anticipant une nouvelle salve. Il était entré dans le premier lieu lui permettant une protection primaire... Le bus ferait cage de Faraday.

Voilà comment il s'était retrouvé étendu sur le sol d'un engin d'une autre époque, seul dans une galerie d'exposition, poursuivit par une puissance énergétique qui lui en voulait apparemment personnellement. Et voilà pourquoi il se posait tant de questions.

Ce fut là que la brume chercha à nouveau à s'exprimer. D'abord un grognement, puis une sonnerie stridente... Qui se transforma peu à peu en voix féminine à tendance robotique mais un peu plus agréable et moins agressive.

« Jooohn... Smith... Moooon... Sieur... Joooohn... Smiiith... »

Le Docteur se releva lentement... Les yeux encore plus écarquillés.

« OUI ! » Cria-t-il toujours à l'intérieur du bus.

« Vooous êtes Joohn Smiith ! »

« Oui ! »

Le Docteur se mit sur ses pieds et approcha de la porte du bus. Il sortit la tête avec précaution, visant du regard l'endroit où la voix métallique de la brume provenait.

« John Smith. » Répéta la même voix. Mais à présent, la voix provenait d'une belle jeune femme brune, aux cheveux coupés au carré, les yeux bridés à un point que cela prouvait qu'elle n'était certainement pas descendante que d'êtres humains.

Il ne s'agissait cependant pas d'un être vivant face à lui, mais d'un hologramme. La jeune femme regardait le Docteur avec un sourire figé.

« John Smith, vous êtes John Smith ? »

La voix de la jeune femme était beaucoup plus douce, plus humaine et, surtout, plus liée.

« Oui, je suis bien monsieur Smith ! »

« Monsieur Smith ! Nous avons trouvé votre portefeuille dans la galerie, vous avez du le perdre... Je suis désolée d'avoir essayé de vous intercepter mais... Mais... Mais... »

Le Docteur glissant sa main dans sa poche sans trouver ses papiers psychiques, se mit alors à rire de bon cœur, comprenant soudain le quiproquo de la situation. Et comprenant également que la belle jeune femme, probablement un hologramme d’accueil, devait avoir quelques ratés.

Sortant son tournevis sonique, il le pointa en direction de celle-ci, se rendant rapidement compte de ce qui clochait chez la pauvre petite. Une mise à jour de son système l'avait plus détraqué qu'autre chose, pauvre petite. Heureusement que sa première action était de faire face au Docteur. Habitué à des choses étranges, cela n'avait pas été bien grave pour lui... Mais n'importe qui d'autre aurait sûrement apprécié la nature électrique de la belle Nia, le prénom de cette gentille dame un peu trop emportée !