mardi 22 avril 2014

Harry Potter, partie 1 ou ma découverte de l'univers

Partie 1? Pourquoi partie 1?  Parce que parler d'un tel univers ne souffrirait pas d'un seul post, vous en conviendrez surement.




Par quoi commencer? Là est une question beaucoup plus difficile. Par présenter l'univers en quelques mots. Est-ce vraiment utile que de dire que Harry est un jeune garçon qui découvre qu'il est sorcier et qu'il va devoir faire face, au fil des ans, à des menaces de plus en plus grandes, parce qu'il est... l’Élu! ?

Nous reviendrons forcément sur cet univers, c'est une évidence. Sur ses personnages, leurs relations et leurs évolutions. Mais aussi sur l'auteure de génie, J.K. Rowling... Et sur l'ouverture multimédia qui continue de perdurer même si les aventures du jeune sorcier se sont arrêtées. 

Nous aborderons aussi, c'est obligé, les interactions multiples entre livres et films. L'adaptation est un monde tellement complexe et varié en fonction des œuvres que celui d'Harry Potter demandera beaucoup de temps... D'autant plus qu'il apporte de bien nombreuses spécificités telles que un livre/un films et les changements de réalisateurs et d'équipe en général. 

Que de plaisir en perspective (pour moi et je l'espère, pour vous!)

Ce que je vais dire dans ce premier post traitant de ce monde magique (dans tous les sens du termes!) dans lequel évolue Harry Potter... C'est vous présenter la manière dont il est entrer dans ma vie. 

Cela à remonte à... 13 ans. My, ça ne nous rajeunit pas...





Un jour de décembre. Une bande annonce à la télé, un soir de semaine, durant l'année de terminale. C'est étonnant comme je parviens à me souvenir de ces détails...


Le lendemain, je me rendais seulement compte à quel point j'avais été hors du monde. Harry Potter était déjà un monument de la littérature depuis des années. Moi qui avait tendance à me vanter de lire pas mal, ça tombait plutôt à plat.

Quoi qu'il en soit, les vacances de Noël arrivant, je décidais d'aller voir le film au cinéma, vraiment emballée par la bande annonce. Je dois faire partie des peu nombreuses personnes de mon âge à l'époque à être allée le voir sans avoir lu le livre. 

En y repensant, c'est Harry Potter qui m'a bel et bien ouvert à l'univers de la fantasy. Je lui en serai éternellement reconnaissante! 

Je suis allée voir le film, sans vraiment prendre d'informations sur l'importance de l'impact qu'avait déjà le petit sorcier avait dans l'univers moldu. Mal m'en a prit... En quelque sorte. Mon ciné habituel affiche : séance complète! Première fois que je vois ça.

Bien! Un autre cinéma à quelques pas de là propose une séance lui aussi, quelques minutes plus tard. Très bien, encore des places de libres. Mais dans une salle minuscule, l'une des plus petits que j'ai jamais vu. J'enrage intérieurement, me disant que j'aurais mieux fait de remplacer Harry par le Seigneur des Anneaux, pour qui il restait encore quelques places dans une grande salle. 

Mais c'est ainsi et on ne peut plus changer les choses, nous sommes dans une salle toute petite, avec un écran à peine plus grand qu'une télé géante... Pourtant, quand le générique de début se lance... La magie opère! (sans mauvais je de mot!)

Pendant deux heures et demie, je reste capturée par les aventures du jeune sorcier. Par sa vie rude, par la découverte d'un nouveau monde, par la beauté des créatures... Par TOUT!

Le lendemain, j'en parle avec une amie. Elle me fourni tous les livres sortis à ce jour de la saga. Je les dévorent en quelques jours, commençant par le 2 pour ne pas trahir l'image que j'avais du premier volet tout de suite!

Depuis, je suis bien accrochée. J'ai dévoré les tomes suivant à mesure qu'ils sortaient.



Moi qui ne pleure pas facilement, j'ai décroché des larmes bien violentes au cours de ces milliers de pages, ce sans compter les flots inépuisables à la fin du septième roman. Mais les sourires n'étaient pas non plus exempts, c'est là la grande magie de J.K. nous faire sourire autant que pleurer, faire monter tout un tas d'émotions en quelques centaines de pages!

Le monument de l'histoire culturelle du XXe et XXIe que représente cette saga, les nombreux records qu'elle a dépassé au cours de ces dernières décennies... Harry Potter demeure et demeurera probablement pour de longues années (pour ne pas dire éternellement) un représentant de la jeunesse intemporel. Le représentant du gamin cherchant sa place dans l'univers, devant mener au risque de sa vie (au sens propre comme figuré) des missions qui vont faire de lui l'homme qu'il sera.

Les lecteurs, les spectateurs, on grandit avec lui et apprit à affronter le monde avec lui ou ont revécu une part de leur jeunesse, parfois douloureuse mais aussi inoubliable et précieuse. 

En cela, la baguette du jeune sorcier nous a touché en plein cœur!